Bipero: Sangria Basque

Bipéro

« Le 13 avril 1799, au terme d’une terrible traversée, la caravelle du corsaire Joachim le basque est prisonnière d’un cyclone au large des caraïbes.

Des vagues gigantesques s’abattent sur le navire, le roulant en tous sens, tantôt il est en haut d’une de ces énormes vagues, tantôt il est en bas, perdu dans l’abîme, puis le bateau remonte en tournoyant comme un bouchon de liège.

Déjà, dans la cale, l’eau arrive à la ceinture des marins. Joachim descend en se cramponnant pour ne pas être enlevé par les grosses lames qui balaient le bateau.

En bas les matelots sont épuisés, sans réactions. Les hommes renoncent à se battre. Ruisselant, Joachim surgit dans l’entrepont, un « xahakoa » dans ses mains. Il tend la gourde à son équipage. Tous, avec ce qu’ils leur restent de force, boivent. Le miracle se produit immédiatement. « Jeki ! Jeki ! » Hurlent les hommes. Comme des fous, ils rejoignent leur poste et luttent avec la rage du désespoir contre le cyclone… Soudain le roulis et le tangage cessent. La mer se calme comme par enchantement, les ténèbres quittent le ciel… Sur le pont un marin crie : « Terre ! Terre !! » …

En pleine tempète et se croyant perdu. Joachim le Basque s’est souvenu d’une vieille recette de sa Grand-mère. Dans sa gourde en peau il a mélangé du bon vin du Pays Basque, d’onctueux sirops de fruits, et de la poudre de piment rouge de son lointain et cher Pays-Basque.

Sa grand-mère disait que ce breuvage rendait les hommes plus forts que la peur, elle ajoutait en riant que le diable n’aimait pas le piment basque, et elle racontait aussi que cela rendait les hommes et les femmes plus vaillant au lit, mais chut… elle ne voulait pas que cela se sache… »

Extrait des « Souvenirs d’un basque gentilhomme et corsaire… de Bayonne aux Caraïbes entre 1799 et 1804″

L’entreprise Bipéro est le résultat d’un fantastique cocktail! C’est le défi un peu fou de fabriquer ces sangrias avec les meilleurs produits locaux et peut-être qu’au détour d’un marché à Hasparren ou à Saint Jean de Luz, à l’ombre d’une terrasse à Espelette ou dans l’arrière boutique d’une épicerie fine de Biarritz, vous pourrez enfin l’apprécier… »

http://www.bipero.com/

Cet article, publié dans Boissons, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s